Carré 96

Carré d'étude réservé par Gaël HINGAMP


Calme olympien

Nom du lieu : Anciens bâtiments du village olympique

J'arrivais pour la première fois à Grenoble lorsque je découvris ces bâtiments, qui à première vue, me semblaient être ceux du crous dans lesquels j'allais loger. Je remarquais ensuite les parpaings couvrant les premiers niveaux et je compris qu'ils n'étaient plus habités depuis un moment. En regardant avec plus d'attention, certaines fenêtres étaient ouvertes, le bois qui bardait les balcons se détachait et les parties métalliques rouillaient. Il y avait beaucoup de végétation au pied de ces petits immeubles, envahissant le goudron qui y donnait accès, des petits arbustes comme de grands arbres, tous verdoyants. Un étranger comme moi aurait pu y voir un parc, seulement ça n'était pas le cas.
On pouvait à peine deviner qu'ils avaient été édifiés pour les Jeux Olympiques de 1968, seules les nationalités inscrites sur chaque bâtiment le laissaient entendre. Tout autour, un grillage était érigé pour empêcher d'y entrer. Cela donne envie d'aller profiter de la verdure et d'explorer les recoins de nature, inhabituels face au béton écrasant de la ville. A l'intérieur de ce grillage, résonnait un calme plat peu commun, que les gazouillements des passereaux venaient rompre joyeusement. Seul le vrombissement extérieur continu des voitures sur l'avenue nous rappelait que nous étions en ville.
Aujourd'hui j'entre pour la deuxième fois à l'intérieur ce lieu grillagé.
Il a neigé pendant la nuit, la nature semble plus figée que d'habitude. Le léger bruit en arrière-plan des voitures est rythmé par les gouttes tombant sur la couche de neige. Il fait froid, mais tout de même assez chaud pour faire fondre la neige petit à petit. Quelques personnes passent dans les rues à l'extérieur du grillage, elles ne jettent pas un seul regard vers la magnifique végétation couverte de neige, elles sont pressées, à quoi bon ? Maintenant il ne plaît plus qu'à ceux qui aiment ressentir l'adrénaline de pénétrer dans un lieu abandonné interdit au public et il est un lieu sinistre pour la plupart.