Carré 91

Carré d'étude réservé par Iannis CANTAROGLOU


Village : visages et paysages

Nom du lieu : 7 / 16 rue Christophe Turc, Grenoble, 38100

Percevoir un univers, en le traversant
Prenant cette place, pendant un court instant
Pour un lieu de passage où les passants passent,
Où les espaces deviennent des routes qui se tracent.

Silencieux, oubliant les détails subtils
D’une masse : ces passants qui passent voient-ils
Le souffle long du vent dans les arbres solides
Et fragile à la fois ? Sifflement liquide.

Comme des flammes, les feuilles dévoilent quand
Le froid s’installe, leurs teintes vermeilles,
Réchauffant les arbres, puis une à une, couvrant
Le sol d’un tapis qui sous le pied ouvre l’oreille.

Apercevoir brièvement les angles, droits,
Des bâtiments décrivant l’enceinte d’une place,
En se concentrant sur la lumière, qu’on voit
Rebondir d’une matière à une autre surface.

Le métal et le bois, le béton et les voix
S’entremêlent par leur grain. Habitations, habitants,
Minéral, organique forment une ambiance, un tout intangible,
Physique et abstrait, les oiseaux chantent.

Surprendre l’apprentissage d’une fillette,
Qui répète après sa mère, doucement
Depuis un balcon, et devant les fenêtres,
Syllabe-après-syllabe, écho d’une voix d’enfant.

Des oiseaux volent.
Des enfants jouent. Au loin.

Faune féline dans l’immensité de cette place,
Jungle rurale, chasse insectes et rongeurs.
Des regards échangées, laissant un instant la chasse,
Avec une passante, moment de valeur.

Une fresque au sol, orne au centre la place,
Mêle bleu, rouge, vert et jaune, camaïeu naturel,
Mer, feu, flore et sable, sur le tarmac qui s’efface,
Et qui craquelle par endroit, par la terre, herbes, gel.

Un soir où la pluie frappait le sol, doucement
En un rythme dansé, le froid rentrait en scène
Et ralentit cette cascade, en ramenant
Des étoiles des morceaux de nuages, par centaines.

Redécouvrir ainsi les surfaces au matin
Surpris, les yeux des enfants de tout âge : brillent
Devant les terres immaculées : la voilà enfin
La neige qui craque sous nos pas, dans la ville.

"C'est qui Yasmine ? "
Habitants et animaux partagent cet espace

Regards complices, échange entre félin et passante, distance barrière qui n'empêche pas la proximité.

Pollution ciblée, nature urbaine.

La nature, après l'artiste, pose son pinceau sur cette fresque récente.