Carré 88

Carré d'étude réservé par Romain CHAUVIN

LE CALME AVANT LA TEMPETE

Je constate l’étendue de l’ombre sur le carré. Comme il est entouré d’immeubles la lumière peine à arriver, seule la partie au centre est traversé par les rayons du soleil. Une légère brise est présente. Les bâtiments ont bien vécu (image 1). On ressent le temps qui s’est abattu sur le carré.

Dans mon dos, j’entends des pas qui foule le sol. Ils se rapprochent et passent devant moi. Vu comment il marche, je constate que c’est un habitué du quartier. Quelques minutes plus tard des voix perses le silence. Deux femmes avec leurs enfants dans leurs poussettes. Elles empreintes un autre chemin que le monsieur. L’allure et le son qui se dégage de ces deux profils sont complètement différents. Quand l’un possède un pas détendu et lent, les autres sont pressé et déterminé.

Il y a peu de passage dans cet endroit. Le carré ne vit que par les enfants qui rythme les journées des habitants. En parlant d’enfant, la récréation a débuté. Les jouets, les cris, la cour poursuites de ces petites athlètes débute (vidéo). Une fois tous les enfants sortis, l’ambiance change. On passe d’une atmosphère calme, saccadé par le bruit des oiseaux et des radios des habitants aux fenêtres ouvertes, à une ambiance joviale et bruyante.

En empruntant différents chemins, je me suis rendu compte que le carré changeait complètement d’ambiance, j’ai pu découvrir des endroits inconnus. Au milieu du carré un endroit ensoleillé. Une fois arrivé, je peux sentir la chaleur du soleil, c’est agréable. Par la suite, j’ai découvert un passage, j’imagine que ce chemin, c’est formé suite aux allées et venu d’enfant (image 2). Une pente et un peu d’herbe en font un parfait terrain de jeu. Il y a bien un chemin large et bétonné, mais plus classique.

Les chemins bétonnés gardent certaines cicatrices de la modernisation (image 3). Cela nous donne un message d’espoir sur le quartier. Un changement et une dynamique de progression qui me pousse à me demander comment est-ce que l’ambiance de ce carré va évoluer.

Les futurs athlètes se défoulent pendant leur pause.

Abimé par le temps
Une façade qui se dégrade à vue d'œil.

Un passage créé par les habitués :
La terre refait surface, comme s'il manquait un chemin.

Les cicatrices de la modernisation :
Le béton garde la trace du passage des câbles souterrains.

Navigation

Mes contrôles

Cinémathèque de Grenoble

École Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble Laboratoire CRESSON - UMR Ambiance Architecture Urbanité

Développement Go On Web © 2016-2023