Carré 84

Carré d'étude réservé par Simon HUGON


Un Couloir

Nom du lieu : Rue Lorenzaccio

Le Mardi 12 Janvier 2021 : Au croisement de la rue Lorenzaccio et du Chemin de Marianne on peut retrouver de nombreuses habitations, des appartements très calmes même aux heures les plus mouvementées. Il est midi, les seuls sons que l’on peut entendre sont quelques cris d’enfants car une école est située à 20 mètres du croisement et des voitures qui passent très lentement à cause des nombreux dos d’âne. Les emplacements de parking sur les côtés de la rue sont pleins, les voitures stationnées semblent être garées depuis longtemps. Lorsque l’on marche dans cette rue on a l’impression d’être coupé du reste de Grenoble : les sons extérieurs nous parviennent mais sont étouffés, très peu de voitures passent ce qui donne une impression de désert, les volets sont quasiment tous fermés les appartements ont l’air vides. Il faut attendre plusieurs vingtaines de minutes pour croiser quelqu’un. Une atmosphère assez étonnante car à quelques pas d’ici les véhicules et les piétons sont extrêmement présents. J’ai eu l’impression de briser le silence du lieu, au moment de filmer la séquence vidéo, je me suis senti comme au milieu d’une scène, les gens silencieux dans le noir tout autour de moi. J’ai été surpris de cet aspect désertique, une école est pourtant présente quelques mètres plus loin, je suis donc revenu vers 16h pour observer la sortie d’école, il y avait très peu de parents et aucun n’est passé par la rue Lorenzaccio. L’impression désertique que je croyais ponctuelle était en fait continue. Les bâtiments qui bordent la rue sont hauts et on peut comparer cette rue à un couloir qui distribue vers des pièces de vie. Après quelque temps je me sens finalement plus à l’aise ici, je peux repartir et je reviendrai surement, j’ai trouvé cette rue très mystérieuse et j’aimerais voir si l’atmosphère reste la même dans quelques mois.

Un des rares moments avec du mouvement.

Au fond, une dame qui va récupérer sa fille à l'école, c'est la seule à passer par ici.

Les volets pour la plupart fermés, pas un seul être vivant à l'horizon.

Les voitures ont l'air d'être stationnées depuis pas mal de temps.