Carré 72

Carré d'étude réservé par Aleister HODSON


Traces d'un espace bouleversé par les évènements

Nom du lieu : Piscine de Cols d'Or

8 Octobre 2020:
L’espace est ensoleillé et rien ne laisse à penser au début de l’automne. Le lieu est en retrait de la vie hyperactive des grandes rues qui l’entourent. Seule rupture avec le calme de la nature: le son étouffé de la circulation derrière les arbres et les habitations. Des oiseaux chantent dans les arbres alignés qui encadrent le chemin emprunté par les passants à pied ou à vélo. Des familles et d’autres usagers se rendent au parc, au stade ou à la piscine.

19 Octobre 2020:
Les feuilles commencent à jaunir et le temps se rafraîchit annonçant le début de l’automne. Les mesures sanitaires sont renforcées à Grenoble et sur l’entrée de la piscine un panneau lit: “l'établissement est fermé jusqu'à nouvel ordre”. Des marquages au sol datant du premier déconfinement sont censés faciliter le respect des gestes barrières. Les familles et les passants traversent toujours l’espace pour se rendre au parc, tous masqués covid oblige.

22 Octobre 2020:
Matinée nuageuse, air frais, espace calme. Peu de monde traverse le lieu, déserté en partie par les nageurs habitués. Pourtant il reste animé par son environnement: le son des oiseaux perce le bruit sourd et continue des nombreux poids lourds et véhicules sur les rues alentour. Des voitures sont garés devant la piscine: agents de la ville et pompiers. La piscine reste ouverte mais vit au ralenti et au rythme des groupes scolaires.

29 Octobre 2020:
Veille du confinement, la lumière rose-orangé transforme doucement le ciel bleu de cette fin d’après-midi. Au loin, la lumière des feux des voitures apporte des touches de rouge et de blanc qui attirent le regard en se fondant dans les couleurs de l’automne. Le son des voitures à ces heures de pointe se fait très présent, peut-être même plus que d’habitude dans la frénésie du confinement. L’ambiance est pesante et on imagine facilement à quoi pensent les gens. Heureusement, le chant des oiseaux est toujours présent, accompagné par le bruit des feuilles dans le vent.

29 Octobre, un début de soirée automnal presque banal. Une frontière entre le calme de la nature et la folie de la société.

8 Octobre, l'entrée de la piscine semble isolée par la végétation qui forme un tunnel d'ombre au dessus du passage.

19 Octobre, renforcement des mesures sanitaires. Des croix au sol rappellent les règles de distanciation. Un panneau lit “l’établissement est fermé".

29 Octobre, on observe de nouveaux graffitis: "One Love" peut être interprété comme une référence à la chanson jouée aux obsèques de Samuel Paty.