Carré 68

Carré d'étude réservé par Jéssica RODRIGUES DA SILVA


L’écart entre la ville et ses rues

Nom du lieu : Rue Eugène Sue, Grenoble

Oppressée, c’est comme ça que je me sens chaque fois que je viens.
Pourtant l’endroit est totalement ouvert du côté gauche et délivre sur un axe principal qui reste assez mouvementé.

À gauche, un grand terrain, entouré de barrières en métal blanc. Des travaux y prennent place ce qui laisse penser qu’il a déjà été occupé. Ces travaux créent un vide qui permet d’ouvrir l’espace et la vue des l’immeubles de droite (mais alors pourquoi renfermer cette rue?).

Côté droit, des immeubles anciens, leur façade abimées par le temps. Il y a aussi des fast-foods fermés (peut-être même depuis longtemps). Juste en face de ces derniers, des voitures se garent les unes derrière les autres.

Ce qui impressionne le plus ce sont ces grands tags qui prennent place. Ils se sont retrouvés de partout, sur les volets métalliques de ces magasins, sur les barrières du terrain en construction…

Je ne me sens pas bien dans cet endroit, comme si je ne me sentais pas en sécurité. Très peu de mouvements et de passages dans cette rue, juste quelques personnes ou quelques voitures de temps à autres. Ici l’écart entre la ville et ses rues semble énorme, mais une chose me dis que je ne suis pas en dehors de la grande ville. Un trafic de voitures s’agite derrière moi sur un grand axe de passage et ce bruit sonore qui sert de fond me fait, même si cela paraît étrange, me sentir bien et en sécurité. Le contraste ainsi entre les deux rues semble s’agrandir.

Vue sur les travaux. Très peu de mouvements.

Des fast-foods fermés et tagués.

Les tags qui prennent toute la place.

Espace vide. Terrain en travaux.