Carré 65

Carré d'étude réservé par Solène BOULLAY


"Bienvenue" au 88 Rue de Stalingrad

Nom du lieu : 88 Rue de Stalingrad

Mardi 20 octobre, 16h11 : le vent m'emmène en ce lieu qui semble tout d'abord peu accueillant. Le bruit des moteurs résonnent dans mes oreilles. Je remarque tout de suite le dynamisme de la circulation. Piétons, cyclistes, voitures et bus avancent cote à cote, chacun ayant un espace qui lui est dédié. L'immeuble à ma gauche est original avec ses balcons arrondis et son escalier en avant. La façade en béton est cependant très froide. De l'autre coté de la route se trouve un immeuble beige, plus imposant mais très classique. Les couleurs froides, le ciel couvert ou encore la circulation bruyante ne me donne guère envie de rester.
Samedi 24 octobre, 10h27 : je longe cette grande ligne d'arbres dont les feuilles tombent petit à petit puis m'assieds sur un muret. Un peu plus près du sol je peux entendre le bruit des feuilles portées par le vent qui caressent le bitume. Une petite fille sur son vélo passe, pendant un bref instant nos regards se croisent. C'est le premier contact que j'ai pu avoir sur ce lieu. Rares sont les personnes qui viennent ici pour se promener, elles ne font que passer et sont généralement pressées ou dans un véhicule. Le vent devient de plus en plus violent, les feuilles s'envolent de plus en plus haut et le froid se fait ressentir de plus en plus, les quelques piétons qui se trouvent ici accélèrent le pas.
Dimanche 10 décembre, 12h02 : l'hiver est arrivé et les arbres ne sont vêtus que de leurs branches. L'air est frais et le ciel est nuageux. Personne à l'horizon, la rue de Stalingrad semble désertée. En arrivant mon regard a immédiatement été attiré par un gigantesque oiseau peint sur la façade d'un bâtiment. J'en oublie ce qui m’entoure, cet oiseau dans les tons bleus apporte de la vie à ce lieu. Je repars, contente d'avoir aperçu cette peinture qui finalement a changé le point de vue que je m'étais fait de cet espace.

La fonction de circulation de la rue de Stalingrad.

Un immeuble avec un grand nombre de logements qui ne passe pas inaperçu, mais où sont tous ses habitants ?

Une façade salie par les conditions météorologiques et peu entretenue.

Les plus belles choses se trouvent là où nous ne nous y attendons pas.