Carré 64

Carré d'étude réservé par Zoé PENLOUP


Rythme

Jeudi 22 octobre 2020, à 17h40, le ciel est couvert, je me rends dans un espace inconnu, je le parcours, je m’arrête à un point d’observation, j’interagis avec une riveraine, j’observe, j’écoute, je m’imprègne de l’ambiance.
Ce qui attire d’abord mon attention ce sont les grandes routes où circulent de nombreux véhicules. Ensuite j’observe le trottoir en face de moi puis de celui sur lequel je suis. Il y a aussi beaucoup d’espaces verts, une piste cyclable et des passages piétons. Au loin je distingue un chemin arboré. Je remarque des immeubles, un café, un camion de pizzas et une sorte de placette avec deux bancs.
Les passants sont très différents : des enfants, des adultes, des personnes âgées.
Différents véhicules empruntent la route: bus, camionnettes, voitures, motos, scooters. Sur la piste cyclable des personnes circulent à vélos, en trottinette électrique ou en rollers.
Je perçois aussi le bruit permanent causé par les différents véhicules, les piétons, le vent qui frappe les branches des arbres et fait s’envoler les feuilles mortes sur le sol. Les routes et les espaces goudronnés sont bruyants et les espaces plus verts sont relativement calmes.
Mon espace est marqué par un rythme si présent et récurrent qu’il s’efface dans notre perception. Ce rythme est en partie induit par les feux de circulations. Il y a une boucle: des voitures qui roulent, des feux de circulations, des voitures qui s’arrêtent, le passage des piétons et le trafic de la piste cyclable, les feux de circulations qui régulent le flux de la circulation.
L’espace est très rythmé par les acteurs vivants ou mécaniques qui créent de l’activité. L’alternance piétons, vélos/ bus ,voitures, créent un rythme aussi bien visuel que sonore.
Cependant l’endroit reste relativement calme. La majeure partie du rythme est imposé par les feux de circulation ce qui crée une répétition et donc un rythme constant.
Finalement malgré le passage conséquent je me suis sentie bien dans cet espace.