Carré 59

Carré d'étude réservé par Chloé BERTHIER


Entre calme et bourdonnement

Nom du lieu : Parallèle à la rue du Général Ferrié et d'Hippolyte Muller, entre les Copropriétés Le Ferrié

Visuellement, l’espace semble calme et paisible hormis une voiture ou quelques passants qui peuvent animer par moments. C’est un espace extérieur entouré d’immeubles d’une dizaine d’étages qui referment l’espace en créant une sorte d’entrée protégée pour le parking et ses logements. L’espace fermé protège sûrement du vent. Quand on se déplace dans ce lieu goudronné, on peut retrouver différentes ambiances sonores. Si nous nous approchons de l’arrière du bar, on peut entendre un véritable bourdonnement, assez continue, lié à une climatisation en marche. Ce qui donne une ambiance désagréable. Mais si l’on continue en se rapprochant du parc et de sa végétation, le bourdonnement s’estompe et fait place à une ambiance plus sereine où l’on peut entendre des chants d’oiseaux apaisants ou encore parfois des passants avec leurs enfants qui animent le lieux de façon positive. En revanche si l’on s’approche de la rue Hippolyte Muller, on peut entendre quelques voitures voire plusieurs en fonction de l’heure et du jour de la semaine qui fait alors varier l’ambiance en quelque chose d’assez actif. Des voitures peuvent entrer dans ce lieu de parking, et à ce moment-là on peut entendre un cliquetis de la barrière faisant place au bruit de la voiture. Lorsqu’elle arrive et ne trouve pas de place, elle s’installe sur le trottoir en face du rangement en bataille, ce qui donne une impression de désordre.
Toujours du côté visuel, on peut s’attarder sur la façade de l’immeuble, qui nous offre un jeu d’ouvertures avec les volets des fenêtres de chaque étages. Certains ouverts, certains fermés, certains à demi-ouverts, et pas tous du même mécanisme… nous donnent alors une façade mobile, changeante au fur et à mesure des heures, des jours et des habitants.
Tout ceci nous emmène dans un espace lié à de diverses variations d’ambiances observées en Automne, que ce soit sonore ou visuelle, notre déplacement peut procurer des sensations variant en fonction des heures, des jours et des saisons.

Entendez-vous la petite fille qui imite le son des pompiers ?

Un lieu à première vue peu actif

Entre Naturel et Artificiel

Un jeu d'ouvertures sur la façade ...