Carré 40

Carré d'étude réservé par Benoît LEGRAS


Square Godefroy Sylvestre

Nom du lieu : Croisement du boulevard Gambetta et de la rue Berthe de Boissieux.

En ce début de soirée de novembre, les migrations pendulaires sont terminées mais la vie suit son cours. Les lampadaires remplacent la lumière du jour et une pluie fine vient s’ajouter à la recette, me rendant la vue trouble à travers mes verres de lunettes, et, forçant les seuls passants téméraires sans parapluies à presser le pas.

Quelques voitures arrêtées aux feux attendent patiemment leur tour, laissant ronronner leur moteur, et, m’éblouissant avec leurs feux par la même occasion. Visuellement tout est clair, à cette heure, il ne sert plus à rien de lever la tête et les yeux, tout est sombre, le relief lointain des montagnes se confond dans les nuages. Seuls les lampadaires et quelques façades encore éclairées de la Caserne de Bonnes ainsi que les feux de signalisation viennent donner une dernière forme de vie à cet espace.

La ville s’endort peu à peu et c’est une autre forme de vie qui prend le relais. Au début, une légère brise vient faire danser et tomber les dernières feuilles les plus tenaces à l’automne. Puis c’est le début du chant des oiseaux qui amène une douce mélodie à l’ambiance du lieu. Enfin en fond, j’oui une mélodie de ce que je soupçonne être un piano sortant d’une fenêtre d’appartement. Une parfaite harmonie sonore valorisant cet espace à une heure tardive de la journée, en fermant les yeux pour mieux l’apprécier.

Finalement un seul espace me paraît complètement hostile et inaccessible dans ce lieu. En effet la piscine vidée de son eau à cette époque, sale et occupée par toutes sortes de volatiles vient contraster cet espace. D’un côté un espace qui certes s’endort au fil du temps dans la soirée mais dans lequel la vie bat son plein en pleine journée. Et de l’autre cet espace comme abandonné de manière temporaire mais qui marque une forte opposition avec tout ce qui l’entoure, une inactivité marquante face à tout le dynamisme de son environnement.

Un espace rythmé et animé par les sportifs, les passants et les automobilistes et la nature.

Joli contraste automnal malgré un ciel gris persistant.

Des basketteurs se retrouvent pour fouler le terrain et passer un bon moment.

Entrée décorée de la Caserne de Bonne pour égayer les esprits.