Carré 324

Carré d'étude réservé par Felix LARBIÈRE

Le silence cassé par les échos

Nom du lieu : Forêt derriere le Fort du Mûrier, 8 Chem. du Fort, Gières

J'arrive à mon carré le 9 octobre. Il fait beau, trop chaud pour l’automne. Derrière moi se trouve un petit champ, donnant une vue incroyable sur les montagnes. Devant moi une forte pente, sa flore épaisse donne un air intraversable. C’est bien cette forêt que je vais analyser, Google Maps le confirme. Normalement on ne remarquerait pas cet endroit, il est si discret.
Je mets mon vélo contre un arbre et reprends mon souffle. Le Fort se trouvant à 420 mètres, la montée était épuisante. J’enlève mes écouteurs et l’absence de bruit est remarquable. On n’entend que les oiseaux accompagnés par quelques abeilles suivant leur travail quotidien.
Je me mets à entrer dans mon carré, à travers la forêt. Rapidement les petits arbres font place pour des arbustes, traversable que par des petits chemins animaliers de 30 centimètres de diamètre. Je les utilise jusqu’à ce que j’arrive sur un chemin plus grand, possiblement le résultat du passage successif de randonneurs. Il s’étend le long du fossé du Fort de Mûrier. Descendre dans le fossé est impossible, les versants en pavé sont trop raides et profonds, ayant environ dix mètres.
Les seuls êtres vivants que je vois sont des abeilles et des oiseaux. Tout est calme. La végétation qui rend si difficile la traversée du carré est assez jeune, les arbres n’ont que dix centimètres en moyenne. Les anciennes photos du Fort sur mon portable confirment qu’il n’y a pas longtemps, le secteur était défriché. J’ai l’impression que l’inaccessibilité de l’endroit l’enlève de la pensée. Le calme est encore plus frappant le 27 novembre, aucun oiseau chante et le seul bruit vient de l’autoroute. Le silence me fait du bien.
Apparemment le Fort du Mûrier est sous rénovation, or les canons anti-aériens que je trouve devant le fossé sont si oxydés et abîmés que je doute de la crédibilité des rénovateurs.
Je retourne chez moi, d’un part fasciné par la richesse d’un tel monument historique, mais en même temps frappé par la négligence de ce patrimoine.

Ce vidéo date est du 27 novembre. On remarque le silence absolu, sauf un écho, qui provient de l'autoroute dans la vallée.

Traverser le carré se rend difficile à cause des arbres et arbustes. Ici on voit la taille moyenne des arbres, ils sont assez jeunes.

Ces structures sont des positions de anciennes batteries anti-aériens. Etant Installés dans les années 30, aujourd’hui ils se désintègrent.

Le fossé du Fort du Mûrier est l’élément fondamental du Transect. En novembre on peut mieux observer les murs pavés, car la végétation régresse.

Navigation

Mes contrôles

Cinémathèque de Grenoble

École Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble Laboratoire CRESSON - UMR Ambiance Architecture Urbanité

Développement Go On Web © 2016-2022