Carré 292

Carré d'étude réservé par Bryan BOUSQUET

Vivre au rythme des extrêmes, c’est la vie que la rue George Sadoul a choisi

Nom du lieu : Rue Georges Sadoul

À l’embouchure du Campus de Saint-Martin d’Hères et aux amonts de la zone industrielle située dans le quartier des Glairons, un feu rouge mène la danse et donne son rythme au trafic de la rue Georges Sadoul.
La semaine, cette rue est rythmée comme un square new-yorkais. Entre embouteillages, bruits de klaxons, complaintes d’usagers encore confus par le code de la route, ou encore de rideaux métalliques se refermant. La rue George Sadoul, entre flux d’étudiants, de commerçants, d’ouvriers de consommateurs, s’illustre par son dynamisme saillant.
Mais qu’arrive-t-il à une rue qui ne sert que de point de passage aux étudiants et apporte des services aux consommateurs, lorsque la semaine est terminée, que les études et la vente sont en suspens le temps d’un dimanche ?
Même s’il faut tirer quelques points positifs de cette rue, comme la présence de verdure ou comme l'aménagement de la route qui, dans l’élan écologique qui règne sur l'aménagement urbain, fait place aux cyclistes et aux transports en commun… On ne peut que constater que l'ambiance qui y règne est mélancolique. C'est une rue n'a pas d'histoire ou de valeur ajoutée culturelle, elle n'a jamais été construite pour qu'on s'y balade en la contemplant, pour que l'on s'y assoit lors d'une pause déjeuner. Son unique but est de permettre l'accès à un service ou de relier un axe routier à un autre.

Finalement, ce carré est particulièrement intéressant car il révèle à quel point l’affluence de certains lieux dépend du jour de la semaine et du lieu dont il est question. Je me suis rendu à ce carré à trois reprises, deux dimanches et un jeudi. Et ce que j’en tire, c’est qu’une zone industrielle a proximité d’un campus universitaire, un dimanche, c’est désertée, et un jeudi, c'est embouteillée.

La route de la rue Georges Sadoul quasiment désertée le dimanche.

La rue George Sadoul, désertée lors d'un dimanche après-midi.

Désertée dans un sens comme dans l'autre.

La rue, un jeudi après-midi, beaucoup plus animée.

Navigation

Mes contrôles

Cinémathèque de Grenoble

École Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble Laboratoire CRESSON - UMR Ambiance Architecture Urbanité

Développement Go On Web © 2016-2022