Carré 193

Carré d'étude réservé par Anaïs BIESSY-CORDILLAT

Le barrage de St Egrève, un lieu de passage

Nom du lieu : Barrage EDF de St Egrève

Arrivée sur le carré, il faut beau. La première chose que je remarque est le contraste entre la magnifique vue sur la nature, sur l’Isère, avec la petite île au milieu de l’eau et tous les différents oiseaux qui s’y reposent (des mouettes, des cormorans, un héron…) et le barrage tout gris, tout en béton qui lui, est très animé. La vue derrière la route est complètement bouchée par des blocs de béton et des barrières, contrairement à celle à côté du trottoir. De ce côté-là, la grande étendue d’eau est calme et sombre. Elle me ferait presque oublier l’agitation permanente derrière moi. Je suis assez haute au-dessus d’elle, ce qui me fait un peu peur quand je m’approche trop près des barrières. Au contraire, les véhicules qui passent sur le pont roulent vite et font trembler le sol sur leur passage. Le bruit de ces véhicules ainsi que celui du vent sont très importants et assez dérangeant. Une vue calme et reposante d’un côté devient un lieu bruyant et animé de l’autre. Il y a aussi un certain nombre de vélos et de trottinettes. Ce sont des personnes revenant du travail quand je m’y suis rendu en semaine et des familles qui font une balade le week-end. Quand il fait beau, ce lieu est donc un lieu de passage animé par les véhicules qui y passent mais il est aussi un lieu de passage pour des promeneurs avec une vue privilégiée sur la nature et sur l’Isère.
Je m’y suis rendu un autre jour, quand il pleuvait beaucoup. L’ambiance avait totalement changée. En plus de ce mauvais temps, les vannes du barrage étaient ouvertes. Le contraste entre la nature et le béton avait totalement disparu, tout était gris. L’eau qui était calme est devenue agitée et grise elle aussi. Le bruit était encore plus important, les voitures qui roulent sous la pluie, la pluie elle-même, le vent toujours présent et enfin l’eau qui passe sous le barrage… Tous ces facteurs font ressortir de ce lieu un sentiment de peur et d’insécurité. Il ne devient plus accueillant du tout.

Une circulation importante de voitures mais aussi de promeneurs ; un lieu de passage entre véhicules, montagnes et nature.

Une magnifique vue inattendu sur l'Isère et les montagnes

Le barrage sous la pluie : le gris comme couleur dominante.
Une vue froide et non chaleureuse : béton, barrières et montagnes qui culminent

L'eau, habituellement calme, secouée par les vannes du barrage ouvertes et le mauvais temps.

Navigation

Mes contrôles

Cinémathèque de Grenoble

École Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble Laboratoire CRESSON - UMR Ambiance Architecture Urbanité

Développement Go On Web © 2016-2022