Carré 157

Carré d'étude réservé par Maxime THEODET

hier j'ai pensé à toi, assis au bord de l'eau.

Je me suis rendu sur mon transect une après-midi de septembre et j'ai pu découvrir au détour d'un chemin un petit étang où j'ai pu m'arrêter et penser. L'air était doux, le soleil déposait sa lumière sur l'eau, le bruit des voitures se perdait dans le craquèlement des feuilles qui bougeaient. Cet étrange endroit hors du temps m'a inspiré. Je vous laisse avec ce poème que j'ai écrit, une pensée à quelqu'un qui m'est cher, assis, au bord de ce petit lac.

De ses bras emmêlés d’où s’échappent cette lueur
Caché dans son monde qu’elle a imaginée
Emportée d’une douceur qui envahit son cœur
C’est auprès de ses lèvres qu’il se surprend rêver

Océan meurtrit d’où l’on ne peut s’évader
Fleur bleue que sont ses yeux d’hiver et de printemps
Profondeur abyssale d’où rayonne sa beauté
De se plonger dedans ralentirait le temps

Délicate attention portée sur ce touché
Voyager tendrement par une simple caresse
Elle n’aura qu’à poser sur ce joli drapé
Ses mains dénuées d’âge dont elle tire tant d’adresse

Dans ses pensées elle danse insouciante et fragile
Et dehors elle repense, imagine et écrit
Elle n’a pas changée, elle comprend, assimile
Doux parfum d’été, la jeune fille est partie
C'est ce dernier soir d'été qu'il l'avait regardé et qu'il avait pleuré. Elle lui avait rappelée qu'il savait aimer.

La vue du point d'eau, les feuilles s'envolent, le vent souffle. Tout est calme, les oiseaux boivent puis se renvolent.

le point d'eau en pleine après midi.

Le bord de l'eau jonché de petites branches éparpillées. Le doux vent de mi septembre fait onduler l'eau troublant le reflet des arbres.

au fond de mon transect, un petit coin de végétation plus dense, laissant à peine pénétrer la lumière.

Navigation

Mes contrôles

Cinémathèque de Grenoble

École Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble Laboratoire CRESSON - UMR Ambiance Architecture Urbanité

Développement Go On Web © 2016-2024