Carré 152

Carré d'étude réservé par Mathys SUCH

Un lieu à ambiance contrastée

Lieu contrasté en bordure Est de Saint-Egrève qui donne à voir une rupture entre milieu « naturel » et bâtis le tout coupé par la route.

Le plus frappant quand l’on arrive sur le lieu est l’absence d’infrastructure prévue pour s’asseoir, hormis un petit banc en fer sous un abris bus. Le lieu ne semble donc pas être prévu pour rester stationnaire malgré les deux arrêts de bus mais plutôt pour être un lieu de passage. Cela se vérifie rapidement car le lieu est sujet à de nombreux passages, autant de nature piétonne qu’automobiliste. Il y a nettement moins de piéton un jour de semaine qu’un dimanche après-midi où l’on peut observer beaucoup plus de familles que de piéton seul.

Le lieu est sujet à de nombreux contrastes. Il constitue tout d’abord une limite entre le bâti et l'espace « naturel ». Il y a donc, à l’ouest d’une unique route centrale, des lotissements R+3 plutôt imposants en tant qu’ils sont les seuls bâtiments d’une telle taille aux alentours et qu’ils sont de couleur froide. On y trouve également des poubelles, des panneaux de signalisation et un abribus. Quant au côté ouest, hormis le trottoir, il donne à voir un espace vert non aménagé à l’exception d’un sentier qui semble monter plus à l’ouest.
En plus d’être contrasté d’un point de vue visuel, il l’est aussi d’un point de vue sonore. Il présente une alternance discontinue de moments de vrombissement de véhicules à moteur et de moments où seuls des chants d’oiseaux se font entendre.

Pour conclure, le lieu est contrasté, autant visuellement que phoniquement. Il laisse à son observateur de nombreux sentiments qui s’alternent discontinuellement. Passant d’un apaisement sonore par des chants d’oiseau à des sons de moteurs qui dérangent s’ajoutant à un espace semi-vert, semi-urbanisé où il reste difficile de trouver une place stationnaire en tant que piéton par manque d’infrastructure, le tout donnant un cadre à la fois calme et apaisant mais également parfois bruyant et inconfortable.

On constate un passage de voiture, puis une ambiance plus calme.

Apparition visuelle du contraste bâtis/nature

Malgré l'arrêt de bus, pas d'infrastructure prévue pour s'asseoir.

Lotissements froids et plutôt imposants

Navigation

Mes contrôles

Cinémathèque de Grenoble

École Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble Laboratoire CRESSON - UMR Ambiance Architecture Urbanité

Développement Go On Web © 2016-2022