Carré 150

Carré d'étude réservé par Arthur GARROS

La forêt d'Echirolles, un espace pour se retrouver sois même...

Un pas devant l'autre, je m’avance et pioche ce papier m’indiquant que je vais faire un petit tour chez mère nature.
J'imagine la zone, un espace entre ruralité et urbanité. M'avançant peu à peu dans la forêt, je sens l’activité de la ville s'estomper, la forêt nous isole d’éléments extérieurs tels que la lumière ou le son.
Ces immenses arbres créent de nombreuses ombres mais aussi des espaces lumineux, appelés bains de lumière qui réchauffent ma peau.
La faible présence d’activité la rend paisible mais aussi angoissante !
Arrivant sur le lieux je remarque la végétation abondante, que je peux aussi sentir par la présence d’une forte humidité. Une couleur verte sublimée par ses gouttelettes qui viennent refléter la lumière du soleil rendent cette nature luxuriante. J’explore la zone et un sentiment de déséquilibre m'empare, provoqué par ces racines venant donner rythme à ce chemin. Je constate ainsi la conquête d’espace de la nature, ne se limitant pas qu'au sol, elle grimpe et s'enterre !
De retour dans cet espace naturel, une douce brise effleure ma peau, baissant le regard, la forêt a revêtu son nouveau manteau de feuille cachant ses ressources minéral. Regardant vers la ville, une lumière beaucoup plus douce et glaciale se dégage que pendant l’été. Je continu peu à peu, et un bruit sourd s'empare de l’espace, créant un sentiment de profondeur sur mon chemin, ce qui m’angoisse. Je remarque l'étalement de la nature dans cette nouvelle saison qui coquerie le milieu minéral. De nouvelles teintes apparaissent, flamboyantes pour les feuilles mais sombres pour les troncs, captivant la lumière et rendant le lieux ténébreux.
Cette forte humidité relève l'odeur de chaque feuille, chaque branche ou encore chaque pierre me renvoyant dans un état primitif, l’air humide sur mon visage est omniprésent et de manière plus directe je ressens la masse d’eau présente dans la terre en la touchant.
D'où provient cet étrange sentiment de puissance qui m'anime tout à coup ?

La forêt, un espace laissant libre cour à notre imagination de ce qui se cache dans le ténèbres...

Une végétation abondante conquérant l'espace sous, sur et au dessus la terre !

Tableau végétale d'automne.
Celui ci se démarque par sa couleur, inhabituel pour cette saison n'est-ce pas ?

Motifs naturels crées par une source infini d'énergie lumineuse.
Cette photographie peut faire éco avec les motifs d'ombre du Louvre d'Abu Dhabi.

Navigation

Mes contrôles

Cinémathèque de Grenoble

École Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble Laboratoire CRESSON - UMR Ambiance Architecture Urbanité

Développement Go On Web © 2016-2023