Carré 147

Carré d'étude réservé par Théo BAGEZ-BERNET


La forêt aux sons de la ville

Nom du lieu : forêt d'Echirolles

15 h 11 : Je suis descendu à la station de tramway la plus proche afin de rejoindre la forêt d’Echirolles.
Après plusieurs minutes de marche, j’ai observé une transition progressive passant de bâtiments sociaux à des maisons individuelles modestes. Pour rejoindre le lieu d’observation j’ai emprunté un petit chemin de terre longeant une station d’épuration servant de limite à la forêt.
15 h 28 : Une fois sur le lieu d’observation, je restais sans bouger à écouter et ressentir ce qui ce passait autour de moi pendant que je prenais la vidéo. J’entendais les bruits des oiseaux, des branches bougées, le craquement des arbres. On pourrait se dire que c’était un lieu calme et tranquille, cependant le bruit de fond de la métropole de Grenoble restait omniprésent et perturbait cette atmosphère. Plus tard un hélicoptère est passé en dessus de la zone venant masquer tous les bruits environnants.
Ce jour-là il faisait beau avec quelques petits nuages blancs dans le ciel, une petite brise fraiche venait me refroidir le cou. Je sentais une odeur de terre mouillé dû aux conditions météo des jours précédents, cela avait rendu l’accès plus difficile car les pierres et la terre glissaient. Le lieu d’observation se trouvait au niveau d’un petit sentier. Au bord de celui-ci on y observait des troncs coupés. Sur ces troncs de la mousse s’y était développée et les herbes environnantes venaient les envelopper. D’un côté du chemin, au travers des arbres, on apercevait la ville. En cette période de l’année peu de plantes avaient gardé leur couleur verdoyante, tout le reste était dans différents tons de marron ce qui donnait une impression de nature morte.
16 h 08 : J’ai quitté la zone pour rejoindre mon domicile.

Ville ? Forêt ? Un environement sonore confus.

Corbeaux survolant la forêt

De la ville à la forêt

La trace de l'Homme