Carré 146

Carré d'étude réservé par Esteban LE MAGNEN


L'expression des sens en forêt

Nom du lieu : Forêt d'Échirolles

Au premier abord c’est une forêt tout ce qu’il y a de plus banal. Mais si l’on s’y attarde quelque peu, on commence à percevoir comme elle est originale, comme tout ce qui est dans la nature est unique. Pour cela il faut déjà l’atteindre, on y accède par le parc de la Frange verte où l’on doit ensuite gravir un petit sentier. On se retrouve alors dans ce qui pourrait ressembler au lit d’une rivière asséché. Les arbres couchés créent des ponts traversants ses deux bords. Cette multitude de grands bois morts qui s’empilent donne l’impression d’être de petites cabanes jointes par des passerelles.

Quelque chose vient perturber cette forêt, un vieil homme, sûrement aussi vieux que cette forêt. Il est brave à son âge de s’aventurer ici. Pourquoi est-il là ? Cette forêt est loin d’être vierge mais le sentier est bien trop raide pour ce vieillard avec son panier et sa canne. Il vient cueillir des champignons, espérant que sa récolte soit fructueuse. Il ramène avec lui sa joie de vivre et illumine encore plus cette forêt qu’on aurait crue, au premier coup d’oeil, sans vie et sombre. On se rend alors compte que la forêt comme une enveloppe ne vaut pas grand-chose mais c’est toute sa multitude de choses et d’être qui la compose qui la rende si importante, si vivante. On peut sentir la vie tout autour de nous dans cette sorte de cocon que crée le relief accidenté.

Après tout, c’est vrai qu’il est agréable ce coin de verdure dans cette grande dalle de béton.
Elle est humide et douce mais les arbres gardent une chaleur constante qui nous réchauffe.
On entend les chants des oiseaux. Cette forêt est vivante, elle chante sa mélodie avec les feuilles secouées par le vent, les gouttes qui viennent s’écraser sur le sol donnant le tempo, on peut participer à ce concert en marchant sur ces feuilles mortes qui jonchent le sol mais un bruit de fond vient perturber l’orchestre, c’est la fanfare qu’est la ville, heureusement elle est cachée par les branches orangées de l’automne.

Un arbre couché.

Couleurs d'automne.

Le vieil homme grimpant difficilement le sentier.