Carré 135

Carré d'étude réservé par Aglaé THÉBAUD


Géométrie froide

Nom du lieu : rue Lucien Sampaix

Le quartier est glacial, tout comme l’air. C’est pourtant aujourd’hui que j’ai choisi de mettre une jupe. J’aurai donc froid jusqu’à ce que je remonte dans la voiture. Je ne viendrais jamais seule voir ce petit bout d’Échirolles. Mes visites sont rythmées de commentaires, de discussions passionnées et même de quelques fous rires. J’ai presque la sensation d’amener les émotions qui manque à ce lotissement sans identité que la forêt surplombe comme si elle allait l’avaler.
Si je tends l’oreille, j’entends les oiseaux par-dessus le bruit des voitures. Je remarque que les places de parking sont vides, il faut dire qu’on est jeudi midi, les adultes sont probablement au travail et les enfants à l’école. Je décide de rentrer car je suis glacée.
Ma deuxième visite est plus longue. Cette fois-ci en plus du chant des oiseaux, on entend la cloche d’une église. Je vois une famille dans son jardin. Le petit garçon joue pendant que deux hommes bricolent. Cela fait pas mal de bruit. Une femme vient leur parler de temps à autre. Je les intrigue avec mon appareil photo et mon petit carnet. Une autre résidente très âgée vient me voir à trois reprises pour me demander ce que je fais. Elle finit par rentrer chez elle et tirer ses rideaux. D’ailleurs, je ne vois pas l’intérieur des maisons, de grandes haies les entourent et les volets des façades sont fermés. Ce qui me marque le plus ce sont ces logements tous identiques et en symétrie. Les arbres sont les seuls à avoir le pouvoir de briser la monotonie ambiante, leur verticalité, leurs couleurs et leurs formes brisent les structures raides et ternes.
Ces deux visites ont eu lieu avant le deuxième confinement. J’y suis retourné une dernière fois en décembre. Cette fois encore je suis en jupe et j’ai froid. Je n'apprends définitivement pas de mes erreurs. Venir me prend un quart d’heure en voiture. J’ai le droit à trois heures de sortie alors j’en profite et j'observe le lieu sous toutes ses coutures ou plutôt sous tous ses angles.

Samedi matin : ni la covid ni la neige ne perturbent l'activité du quartier

Symétrie du voisinage

Parallèle

Nature sauvage et domestique encerclent le foyer