Carré 105

Carré d'étude réservé par Jules MERCIER


Le calme au coin du Foyer Maurice Thorez

Nom du lieu : Foyer Maurice Thorez

Aux abords du Foyer Maurice Thorez, on trouve un petit parc de verdure au milieu des immeubles, cela crée un véritable contraste entre l’herbe très verte, humide du matin, et le béton gris des bâtiments. En effet, l’espace est véritablement « séparé » en deux ambiances complètement différentes, d’un côté, un environnement urbain avec ces grands immeubles, les rues, et la proximité de la Grand’Place, et de l’autre côté, un atmosphère beaucoup plus naturel, avec le parc, l’herbe verte, les grands arbres...
Ces arbres, des pins certainement, sont présents devant les immeubles et offrent un champ ombragé, assurément agréable les jours de grandes chaleurs d’été. En s’approchant, les immeubles se distinguent plus derrière les arbres qui disparaissent presque, mais lorsque l’on s’éloigne de quelques mètres, ces arbres prennent l’avantage visuel sur le béton.
Aujourd’hui, il est 9h46, un jour de fin octobre, le ciel est gris mais l’ambiance reste dans une certaine gaieté, une idée de calme visuel.
Effectivement l’animation du paysage est marquée par le passage de petits écureuils, d’arbres en arbres, amusant les enfants ainsi que les plus grands. L’espace est aussi rythmé, calmement, par l’élan des coureurs et des promeneurs, ainsi que le passage des enfants, qui rejoignent leur école. Ces derniers crient de joie, se retrouvent, tout en restant à une certaine distance l’un de l’autre, la période pandémique obligeant.
En opposition à cela, on perçoit en fond sonore, le bruit d’une circulation au loin, et même aujourd’hui le bruit de travaux. Ceci conforte l’idée d’opposition entre le « naturel » du parc et l’urbain de la ville.
Même ce fond sonore ne nous fait pas abandonner cet état de plénitude et de calme dans lequel le parc nous plonge visuellement.

Recul sur cet espace naturel

Herbe bien verte devant les immeubles de béton