Carré 102

Carré d'étude réservé par Maïa PEAN


Un « Carrefour » si commun

Postée à une sortie en arrière de la zone commerciale de Carrefour, je m’ attendais à voir le balai incessant des voitures et des piétons qui se rendent en nombre dans ce secteur normalement très fréquenté un samedi après-midi. Il n’en fut rien, cette sortie de parking donnant sur un carrefour semblait aussi tranquille que la sortie d’un parking de supermarché de province.
En face, un commerce de service rapide d’entretien automobile arbore des signalétiques commerciales sur une bâtiment standardisé et très répandu pour ce type d’activité. En arrière-plan des immeubles, ternes aux formes cubiques très répandus dans le quartier, complètent le décor.
Par ci par là, sur un mur en béton, une palissade en tôle, des tags, des graffitis colorés, apportent malgré tout un peu de « vie »à cette zone qui pourrait se retrouver dans n’importe quelle ville.
2 rectangles de gazons et quelques conifères apportent un peu de verdure pour trancher avec tous les attributs d’une zone urbaine commerciale. Ils semblent malgré tout bien seuls dans cet environnement, goudronné, bétonné, où le mobilier urbain est dominant.
Le soleil d’hiver apporte toutefois un rayon un éclairage apprécié, créant des ombres sur les bâtiments au demeurant peu esthétiques, limites austères avec leurs barbelés sur les toits.
Il fait frais, les véhicules à moteurs diesel qui rentrent et sortent du parking émettent leurs ronronnements habituels, et leurs fumées amplifient la grisaille ambiante de la zone.
La circulation est rythmée par les feux synchronisés en fonction des croisements, les véhicules passent, certains fenêtres ouvertes avec de la musique qui s’en échappe plus ou moins…parfois plus que moins !!! Mais l’attention des passants et conducteurs est focalisée uniquement sur la circulation. Au mieux, celle-ci sera captée par les affichages commerciaux omniprésents. On est ici clairement dans l’aspect fonctionnel d’une zone commerciale, et aucunement dans une autre approche urbanistique.

Carré de verdure « emprisonné » entre chaussée et grande surface commerciale.

En direction de la périphérie urbaine ensoleillée mais aussi…enfumée…

Le bâtiment standardisé de la franchise Norauto s’insère en premier plan devant des immeubles très basiques.